Qui suis je ?

Dès le plus jeune âge, on nous pose la question : « que souhaites tu faire plus tard ? »

J’ai dû avoir une trentaine d’idée, changer peut-être une dizaine de fois de métier et finir par ne plus savoir quel chemin emprunter. 

 

Dans les sentiers abrupts de la vie, je me suis perdue. Plusieurs questions tournaient en boucle dans ma tête « qu’est-ce que je souhaite faire plus tard ? », « qui suis-je ? », « qui ai-je envie d’être ? », « pour qui je le fais ? ».

 

Pendant cette période, j’avais la sensation de ne pas être alignée avec ma véritable essence. Ne pas être en harmonie avec mes valeurs. Cela a provoqué le sentiment de ne pas me sentir à ma place dans la société et mon entourage. Ce qui pouvait engendrer de la tristesse, de la colère, et le sentiment de ne pas être comprise. Je me suis alors aventurée vers plusieurs chemins. Celui des études, des voyages…

 

Je n’arrivais pas à répondre à ces fameuses questions et à faire un choix sur mon avenir. Finalement, j’ai compris qu’il n’y avait pas UN choix à faire. Que ne pas choisir était déjà un choix. C’était le mien.

 

Ces années où je me suis perdue étaient en réalité une façon de me retrouver. Au milieu du tumulte de la vie, j’ai appris ce qui était bon pour moi, ce qui me rendait heureuse, ce qui m’épanouissait, ce qui me rendait fière. 

 

La sophrologie a bercé mes nuits quand j’étais enfant, car ma mère en avait fait étant enceinte et se servait de ce qu’elle se souvenait pour endormir ma sœur et moi. C’est un peu par hasard que l’idée d’entreprendre des études de sophrologie est venue à moi. Au retour d’un voyage, j’ai eu envie de me construire professionnellement parlant. La sophrologie, cet appel de soigner les maux par les mots a réveillé quelque chose de subtile. Bien enfoui sous les masques que j’avais enfilé. Aujourd’hui je me sens à ma place. Parce que j’ai compris qu’il n’y avait rien à comprendre. Ce chemin m’a amené vers l’amour et l’acceptation de soi. Un chemin qui se travail et se trace un peu plus chaque jour. Je sais que je suis exactement là où je devrais être. Même lorsque je me sentais perdue, j’étais à ma place.

 

Si je suis ici aujourd’hui, c’est pour vous partager ma passion, mon métier qui est la sophrologie et pratiquer ensemble. Parce que c’est un moyen qui permet d’évacuer en douceur les tensions/émotions qui sont en nous afin de déployer tout notre potentielle. Mieux nous connaître et relaxer son mental et son corps.

Parler du cursus scolaire, voyage , expérience.